STATION DURANDY, LIGNE 2 DU TRAMWAY | Nice
21827
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-21827,qode-social-login-1.1.3,stockholm-core-1.1,select-theme-ver-5.1.8,ajax_fade,page_not_loaded,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

STATION DURANDY, LIGNE 2 DU TRAMWAY | Nice

La station Durandy s’inscrit dans le projet global de la ligne 2 du tramway de Nice qui se déploie de l’aéroport au port, c’est une des quatre stations de la section souterraine.
Il a paru indispensable aux concepteurs d’inscrire la section souterraine dans la continuité des aménagements de surface, dans une même évidence d’usage en ayant une action valorisante pour les sites dans lesquels elles s’implantent.
L’ensemble des stations se déploie dans une cohérence d’échelle, d’écriture et d’usage, avec des espaces à la fois maîtrisés et identitaires.
A cette logique de réseau, se superpose une logique de lieux ; chaque station revendiquant et affirmant la spécificité du site dans lequel elle s’implante.
Nous avons tissé ainsi des liens forts entre ce qui fait la qualité toute particulière de la ville de Nice et les qualités intrinsèques des espaces du tramway en y combinant les ingrédients qui contribuent aux plaisirs des sens : les volumes, la lumière, les matières et les sons.
Aussi, dans les stations, ce sont des lieux remarquables et uniques qui se déploient, lieux que les usagers s’approprient comme ils le font des espaces publics.
Les choix formels, de matériaux et de mise en œuvre ont été fait par les 3 architectes de sorte que l’ensemble puisse s’inscrire dans le long terme, au-delà des effets de mode, afin d’être garant d’une réelle pérennité des ouvrages.
Élaborées suivant les mêmes principes structurels et formels, les quatre stations se font écho. Elles développent des séquences d’espaces d’une même famille mais particularisées par des logiques qui leurs sont propres.

 

Aussi pour la station Durandy, le principal enjeu lié à l’aménagement a été en particulier de rendre perceptibles les relations physiques entre les espaces de la ville et ceux du tramway, de faire en sorte que les voyageurs aient une lecture unitaire des différents modes de transports qui leurs sont proposés et ceux, malgré la différence de niveau qui les sépare et enfin, de tisser des liens particuliers avec le site d’implantation.
En effet, la station Durandy s’insère dans un tissu urbain dense et régulier, au sein d’un square très fréquenté, espace fonctionnel et d’agrément pour les habitants et travailleurs du quartier. Ce square est l’ancien jardin de l’hôtel particulier construit à la fin du XIXe siècle pour M. Rambourg, riche industriel parisien, et qui est devenu la bibliothèque patrimoniale Romain Gary en 1925.
Sous ce square, la station trouve sa place diagonale, suivant ainsi le tracé du tunnel. Par rapport à la position biaise de la station, les escaliers fixes et mécaniques sont redressés, et groupés au droit de l’entrée du square pour affirmer la composition urbaine existante autour de la bibliothèque. Le renforcement de l’axialité sur ce bâtiment historique est le trait directeur de la conception de ce projet.
Les escaliers et ascenseur sont mutualisés avec l’accès au square, groupés sous un même toit.
Ce pavillon, créé comme l’écrin d’un bijou, largement vitré à la structure en acier couleur « canon de fusil » à l’extérieur et or à l’intérieur, est ceinturé d’un bassin de pierres noires, miroir conçu pour refléter l’éclat des fines lanières dorées et ondulantes insérées dans le verre des parois.
Le dessin de l’ensemble du jardin restitue la symétrie par rapport à la façade de la bibliothèque, en proposant un vaste espace, avec un point singulier central et deux espaces latéraux densément plantés. Cette disposition accentue le cadrage sur le fond de scène que constitue la façade côté jardin de l’ancien hôtel particulier.

 

Au centre de la composition, un oculus en verre à ras du sol permet d’apporter de la lumière dans le tréfonds de la station. Imperceptible depuis l’extérieur, intrigant durant le jour, il diffusera un doux halo de lumière la nuit qui viendra des profondeurs. Cette lumière s’éteint quand le tramway arrête son service.
L’opportunité urbaine de la position de la station Durandy a permis de libérer le volume des quais proprement dits des premiers niveaux de circulations verticales et de renforcer ainsi sa monumentalité. La possibilité offerte par le square d’insérer un oculus imposant permet de renforcer la générosité du volume par l’éclat de la lumière naturelle au cœur des tréfonds du tunnel.
Le principe des aménagements intérieurs des stations souterraines est commun à toutes les stations.
Ainsi sont conjugués les effets créés par un génie-civil franc avec le raffinement des ouvrages de second œuvre ; la texture puissante des parois en pierre avec la douceur de l’inox et du verre.

Programme

Création de la station souterraine square Durandy de la ligne T2 du tramway

Maître de l’ouvrage

Métropole Nice Côte d’Azur

Mission

Architecture de la station Square Durandy

Architectes associés

StOA / Atelier Schall / Jean-Paul Gomis

Co-traitants

Groupement ESSIA / Mandataire EGIS Rail

Surface

1 167 m² SU

Livraison

2019